editorial-doc

editorial-doc
hibis, rien que la réalité



Cette page:    Editorial Réac épidermique du jour



ENTREMETTEURS.FR

Ebay et sa vente aux enchères en ligne, les dépôts vente et autres magasins du genre n’en sont pas car car il s’agit de commerce légal, ou disons « conventionnel ». La fonction d’entremetteur tel que je l’imagine, consiste à mettre en relation des personnes recherchant ou proposant quelque chose, en n’étant responsable de rien, à l’inverse d’un commerçant ou d’un employeur. Ce genre d’activité très rémunératrice a toujours été celui pratiqué par une certaine catégorie de gens, en marge de la légalité, qui exploitent les failles de la juridiction. Ils réussissent par le service rendu, de l’utile quand on vend ou trouve un objet d’occasion (le Bon Coin), recherche un covoiturage, ou une location chez particulier, en passant par moins sympa quand on vend ses cadeaux. Citons les comparateurs de prix, lesquels coiffent tout, modifient les prix en cours de clics, et parviennent à empêcher l’accès aux commerçants, hôtels, sites officiels même. Le pire seraient-ils les sites de rencontre et les hôtels de passage ? on ne sait pas.
Il semblerait que tout s’emballe actuellement sous l’égide d’un UBER (ses débuts avec les taxis) et ses émules, qui mettent tous les particuliers en relation pour tout ce que les gens attendent lorsque le service n’existe pas – là réside leur force – pout tout et n’importe quoi. On irait jusqu’à louer son sèche-cheveux aux heures creuses.. mais la morale n’étant pas leur qualité première, on ne sait pas, en douce, jusqu’où le système poussera ses pions. LE MARCHE EST IMMENSE car l’intérêt personnel, fer de lance du système, pousse vite au crime.

Libertinage ou Prostitution ? Années 2010. Alors que notre Etat s’interroge sur la manière de pénaliser la « honteuse » mais séculaire prostitution, en fermant les yeux sur celle de certains milieux de riches dépravés qui font bien pire, s’installe en douceur des sites de rencontre et d’hôtesse,  des hôtels de passe, pas si éloignés d’un nouveau « entremettisme » de bon aloi.

La spectaculaire progression tient aux deux facteurs que l’on connaît bien, l’argent, l’oisiveté à l’occasion, et le besoin à satisfaire !

Cela a commencé par les sites de rencontre qui fleurissent, avec des pubs de plus en plus douteuses.

Puis on a vu arriver des hôtels de confort pour voyageurs fatigués qui ne veulent se reposer que quelques heures pendant la journée; c’est vrai, il peut arriver, en voyage, d’avoir à  se remettre de fatigue ou de décalage horaire, mais est-ce vraiment l’objectif de cet hôtel, plutôt de luxe, qui se répand dans le monde entier ? 

Une publicité (2020) nous montre deux lesbiennes qui (presque?) s’embrassent sur la bouche avant d’aller s’allonger sur un lit ! personne n’y voit rien à redire, ni notre CSA, ni des associations diverses, à croire que c’est un modèle d’éducation pour nos enfants ! Il est vrai que de ce côté là, l’alcool (on se soûle même tellement c’est bon), ou les cigarettes, définissent depuis longtemps des modèles exemplaires de comportement !
A quand les chaînes, menottes, fouets et cuirs ou sextoys ?? ils sont en vente, rien à redire. A chacun son truc, mais en publicité racoleuse à la télé, c’est autre chose.
Devant l’incroyable permissivité qui s’est développée, peut-être ne faut-il pas stigmatiser ces populations ? aurait-on interdit un homme embrassant une femme ? peut-être car on ne sait plus qui sont les tarés Tout n’est pas bon à montrer publiquement, ne serait-ce qu’au nom des campagnes moralisatrices qui sont engagées, dont pour le tabac, et mieux encore pour le vin, ou l’alcool, interdits de publicité, mais rien pour le sexe débridé !!

Véritable provocation à la morale mais aussi à nos lois, le site d’hôtesses propose carrément des jeunes filles jouant le rôle de « compagnes » pour cadres et dirigeants en mal de représentation lors d’un voyage, oh combien professionnel ! ça cartonne ! le site revendique 2,7 millions de membres dans le monde parmi lesquels 7.000 étudiantes françaises.

L’une d’elle, étudiante de vingt printemps, trouve que c’est une super invention. Elle reçoit un mail tous les quatre jours. Ses généreux bienfaiteurs lui donnent l’équivalent de 2000 € mois, certains font des cadeaux de luxe, sac Vuitton.. gratos dit-elle, quand d’autres souhaitent aussi une petite  compensation; la moitié dit-elle. Le champagne aiderait parfois à faire passer la pilule, si l’on peut dire. Bon, les jeunes filles et femmes qui arrondissent des fins de mois difficiles, ce n’est pas nouveau, mais là, c’est organisé !  Une autre dit, je ne coucherai pas ! pas à moins de 5.000 euros !


marianne, mars 2014.

Je croyais que la prostitution était interdite en France ? à moins que ce ne soit que le racolage public ? encore un des nos faux semblants ! les allemands l’organise et l’encadre.






LA LOCOM0TIVE VAPOTE.

Nous ne le savions pas, mais faire de la vapeur d’eau c’est vapoter, à partir de quoi, la locomotive à vapeur vapote !

Et comme depuis toujours la locomotive à vapeur FUME AUSSI, on se demande pourquoi tant d’esprits fins cherchent une raison pour interdire le vapotage de la VAPOTEUSE dans les restaurants et lieux publics !

Sur les affichettes « il est interdit de fumer« ; on ne précise pas quoi, et comme la locomotive fume tout autant qu’elle vapote, sur cette seule ambigüité, il n’y aucune raison de chercher une justification quelconque pour interdire de vapoter. Puisque, selon la locomotive, c’est aussi fumer !

On ne l’attendait pas celle là, mais voilà que la cigarette se rebiffe !!

Atteinte dans son honneur, la cibiche, la clope, la sèche, la tige se dérive en e-cigarette à cartouche de tabac. Son nom, la CHAUFFERETTE, n’est pas ce qu’il a de plus évocateur car autrefois, on s’en glissait une sous les pieds ! ! Pas bête pour le principe, c’est une cartouche de vrai tabac ressemblant à une presque vraie cigarette bout filtre. Apparue sur le marché début 2014, elle chauffe le tabac sans combustion, éliminant ainsi les malfaisants goudrons. Connaîtra-t-elle la géniale diversification esthétique et goûteuse de sa concurrente ?  




5 GRAMMES DE CAFE

Pesée du café. Pour que les conditions soient identiques, notamment pour l’humidité, j’ai pesé le café en vidant la capsule et après séchage à l’air libre. Les capsules à café de type Nespresso, créateur du modèle, contiennent environ 5 grammes de café. J’ai obtenu le même poids en remplissant la capsule ouverte avec du café moulu légèrement tassé.
Par la suite, j’ai confectionné un couvercle qui s’enfonce dans la capsule d’environ deux millimètres. En tassant légèrement la mouture, je mets le même poids qu’une capsule scellée car son opercule affleure, offrant un volume légèrement supérieur. Mais en le tassant davantage, je mets plus de café et le détail n’est pas mineur. Tout d’abord, que j’ai bu un meilleur café, un Guatemala broyé frais et sous pression naturelle par la mouture, sans adjonction de je ne sais trop quoi, ou sous pressurisation artificielle par la finesse des trous.

Selon la notice de ma machine à café manuelle, le filtre « une tasse » de ma machine à café expresso doit contenir de 10 à 12 grammes de café (portes filtres de 60mm de diamètre. L’extraction des arômes en est améliorée). Cherchez l’erreur.

Pour mettre dans l’ambiance, Nespresso a déployé un vocabulaire italien au sein d’une littérature imprimée quasi luxueusement, le tout assorti d’une possibilité de commande périodique. L’ensemble vous plonge dans un simil club de dégustateurs privilégiés s’offrant des « ristretto » ou des « lungo » rares.

Là s’arrête la comparaison. Le « ristretto » italien n’a pas le goût de chocolat, de vanille ou je ne sais trop quoi, mais le goût des différents cafés à déguster.. Je me souviens d’un café servi en Italie qui nous avait franchement étonné sinon déçu: un « extrait » de café presque épais qui n’occupait qu’un fond de petite tasse (trop fort, quantité ridicule); nous voici très loin de l’extrait qui traverse les 5 grammes de café de la mini-capsule standardisée Nespresso. Comment le café est-il pressé, et d’où provient la mousse ? par une pressurisation (*) ou avec de la chimie comme pour les sachets de café soluble ? .. de mauvaises langues ont dit qu’il y avait du savon pour faire la mousse..!! c’est méchant. Dans une machine à pression courante, la mousse est obtenue par pressurisation du filtre à café, tandis que pour une machine un peu plus sérieuse, la mouture doit être suffisamment tassée (serrée), pour freiner l’écoulement de l’eau, ce qui produit une crème mousseuse collante issue du gras du café. Cela sous réserve que pression et température idéales soient maintenues (résumés à 9 bars et 85 degrés). l’escalade des 12/15 bars est un leurre. Cette pression est la plupart du remps irrégulière et non maintenue, et n’est pas un gage de bonne extraction.

(*) Pressurisation ou pas ? : le café est versé dans un filtre percé de trous minuscules. Dans une machine avec pressurisation, on ne voit pas le jour au travers des trous parce-que le filtre pressurisé, à droite sur la photo, est à double fond (ancien modèle, une rondelle de caoutchouc est enserrée, modèles actuels, la petite grille que l’on voit est un trompe l’œil, il n’y a qu’un trou d’épingle). Cette disposition freine le passage de l’eau et produit une mousse. A l’inverse, on voit donc au travers du porte filtre normal, dans lequel il faut tasser le café pour ralentir l’écoulement et obtenir une mousse crémeuse (grasse).


L’idée et la réalisation de la Nespresso à capsule sont géniales, ce n’est pas contestable et le succès du système ne se dément pas. Et pour cause, il simplifie tout. On peut toutefois regretter que le principe ne soit que commercial, fait pour vendre du café quelconque à un prix très élevé, au lieu de produire un réel assez bon café, sans les contraintes qu’imposent les machines manuelles de qualité.

Mon café Nicaragua, pour en citer un, ou équivalent, coûte 5,60€ le paquet de 250 grammes, soit plus cher qu’un café courant moulu. 250 grammes permettent de faire 20 tasses de café solo ou 26 tasses de café duo. Explication, selon ma notice, il faut 10 à 12 grammes de café tassé pour une seule tasse (solo), et seulement 16 à 18 grammes pour deux tasses simultanées (duo), cette dernière possibilité étant inconnue chez Nespresso. Je compte le maximum dans mon calcul, soit 12 grammes en solo et 18 en duo. A ce prix, on obtient un café correct, disons agréable, une fois la pratique maîtrisée; un café que l’on peut boire sans sucre, comme il se doit pour un assez bon café. Ce n’est pas le cas de la « boisson » Nespresso dont on peut se satisfaire si l’on ne pense pas au goût d’un vrai bon café, qui n’a pas le goût du café. C’est tout de même meilleur que les sachets de café soluble, plus pratique et convivial.

Machines automatiques. Le choix est surtout allemand et italien. Elles broient le café, er permettent des réglages précis de quantité de café versée, fort ou faible, chauffent le lait et font de la mousse. Elle sont toutes à pressurisation, car faire le café tassé sans filtre pressurisé complique grandement l’extraction. Le prix ne pourrait plus être grand public, ni professionnel d’ailleurs car il n’en existe pas. L’entretien des machines automatiques est important.
Machines manuelles avec porte filtre à manche. Le choix est surtout italien et allemand. Une machine acceptant la non pressurisation comme la mienne, de 10 kg et avec un broyeur à café basique minimum mais correct,, mais sans bouilloire, coûte déjà le prix d’une bonne automatique (750 euros 2016). Au-delà, on atteint vite les 1000/1500 euros 2016, 3.000, en semi-professionnel. Intouchable, trop gros, trop lourd, consommation électrique (systèmes à bouilloire).





ECOUTES TELEPHOBIQUES

. Extase de la Stasi

Nous n’avons pas encore de puces informatiques sous la peau et dans les différents organes, que nous voilà déjà écoutés et surveillés partout, par internet, les portables, skype (téléphonie sur internet). Les multinationales américaines d’internet et de téléphonie y contribuent, nous livrant à leur gouvernement. seul Skype dit-on, s’y était opposé, avant d’être acheté par Microsoft.

Twiter fait mieux, il vend tous ses tweets !! à des fins commerciales dit-il, ce qui est un délit (correspondance privée) ! Ce que vous écrivez est vendu, car on peu en déduire vos habitudes, vos déplacements, et bien d’autres choses encore. C’est comme si la Poste ouvrait toutes les lettres, les copiait et en vendait le contenu. L’administration américaine n’est pas loin, et doit jeter un coup d’oeil dessus avec des logiciels de repérage automatique par mots-clés. Une société française a saisi le problème et produit un logiciel qui détruit tout message lu !

Mais quand on écoute un ex Président qui se comporte comme un truand, et qui, au lieu de s’expliquer, attaque les fondements de la justice en se référant à la STASI, on s’EXTASIE ! 






MONDIALISATION, FMI, Banques, Europe

2015.
  Mondialisation, l’Eldorado américain. Elle existe depuis que l’espèce humaine est sur terre et selon toute vraisemblance, même avant. De tous temps des biens se sont échangés, ont circulé, ne serait-ce que par le fait de l’expansion de l’animal-humain lui-même. Dont le feu ou la pierre à feu, mais aussi ce qui échappe à notre entendement. Ainsi s’explique que des groupes sans liens sociétaux apparents aient partagé les mêmes valeurs et techniques (les Celtes, pour en citer de récents). Phéniciens, vénitiens, commerce des pierres rares, du bois, des métaux, du sel, sucre ou café, huile, étoffes ou soie, oui, la mondialisation n’a pas attendu une quelconque consécration de l’homo diplomus.

L’or des Autres. Ce qui est nouveau, c’est la mondialisation financière érigée en dogme, dont le principe consiste à tout faire pour que les profiteurs du système s’enrichissent, puis s’enrichissent plus encore si ils en survivent, ce qui les amène à justifier avec conviction que, pour pérenniser leur statut, le dernier recours soit de ne plus payer les autres, ni les soigner, ni les reconnaître. Dont en premier les fonctionnaires, réputés inutiles, surtout lorsqu’ils les contrôlent et prétendent traiter sur un plan d’égalité riches et pauvres.

La Bourse. Crée pour lever des capitaux et faciliter la naissance d’entreprises, ce système financier dont la sophistication écœure – investissements « à risque » (junk funds), ventes-achats à la micro seconde –  est devenue un système de prise de contrôle et d’asservissement. Avec la bénédiction de l’Amérique, les donneurs d’ordre ont par la suite pu contrôler également la nourriture et les énergies. Oublions les , les coups bas destinés à ruiner une entreprise pour se l’accaparer à bon compte (Perrier, passé aux mains américaines après qu’ils aient découvert « quelque chose » dans l’eau, faisant ainsi écrouler son cours à la Bourse). La Bourse est un autre champs de bataille. Avec ses coups bas et ses délits d’initiés.
Un peu plus tard, les scientifique américains ont lancé une alerte  sur le saumon européen, supposé dangereux (mais pas le leur), si on en mange régulièrement (chute immédiate des ventes).
Lorsque qu’un médecin écossais déclare que le whisky est bon pour la santé, pendant qu’un confrère français affirme la même chose avec le vin, c’est tout de même plus sympathique, comme méthode.

Privatisation. Elle va de pair car on ne met pas une administration à la Bourse, pour l’instant. Quelques ultra riches vont devenir plus riches qu’un état, et je pense aux grands de ce monde car c’est déjà le cas pour les modestes. Un géant du téléphone cellulaire chinois, avec ses centaines de millions de clients a des revenus qui dépassent l’entendement. Ceux des rois du pétrole, quelques Emirs du golfe, ne sont sans doute qu’évalués. Cela va en croissant, plusieurs études montrent que les riches sont plus nombreux et de plus en plus riches quand, à l’autre bout de la balance, les pauvres font de même, dans le mauvais sens.

Optimisation. Cela a signifie, comment payer légalement – ou presque – le moins d’impôts possible, tout en mettant sa rémunération personnelle à l’abri. Les grands groupes d’un pays ont leur société domiciliées dans un pays ou plusieurs pays autre que ceux où la production est implantée et le Grand PDG habite encore dans un autre. Exemple, résidence du PDG à Londres, société de droit Hollandais, Etablissements répartis ailleurs. Le Président Obama s’en est même ému, projetant de limiter ces contorsions.

Toute grande banque, toute grande entreprise ont des filiales dans ces paradis. Stupéfiant, mais si : SNCF, EDF, ORANGE, « optimisent » aussi

Le FMI (Fouteur de Misère International, ou  International Misery Fucking)

Un seul pays contrôle le monde entier depuis la seconde guerre mondiale, les USA. Cela a commencé avec le dollar, monnaie mondiale et sa planche à billet vert qui peut tout dévaluer ou surévaluer, puis avec son stock d’or et son pendant en armes; ils ont le quasi contrôle de toute banque mondiale et gèlent à loisir les avoirs de ceux qui fautent (actuellement, Iran par exemple). Leur vision de la sécurité est quasi maladive, et ils feraient bouillir les océans sous l’action de leurs ondes si ils le pouvaient. Tout l’Internet leur appartient, et pas seulement le commerce. Ils disposent de 700 bases dans le monde; pas quelques casernes à la française, mais de vastes domaines-villes équipés de lanceurs de roquets, de centres stratégiques (écoutes, renseignement, interventions). Les USA financent les armées de quelques pays stratégiques, dont pour l’actualité, l’Egypte et la Turquie, ce qui signifie qu’ils les contrôlent; on l’a vu en Egypte. FMI, OTAN, UNESCO, ONU etc, autant dire L’Amérique, avec ses Microsoft, Apple, Google, Tweeter et fils. Tous hégémoniques et qui ne se font pas de cadeaux. Le rêve de Google ? abattre Microsoft.



La Grèce, mais pas seulement..


Le FMI est un bidule américain d’aide aux pays en difficulté, donc supposé vertueux. Son fonctionnement repose sur des prêts accordés à ceux qui ne pourront pas rembourser, parce qu’on va les maintenir comme tels, les enfonçant chaque année davantage. Au profit de qui ? des entreprises américaines. En contrepartie, ces pays sont soumis à obéissance pour l’essentiel, comme vendre leurs productions et leurs richesses naturelles à bas prix au prêteur, tout en lui achetant à prix fort tout le matériel qui sera nécessaire, ou même pas. Ils doivent aussi tout privatiser de sorte qu’il devienne plus facile d’en prendre le contrôle.
On n’a jamais rien inventé de mieux pour ruiner un pays et s’emparer de ses richesses, dont éventuellement son or.  saigné à blanc, l’heureux bénéficiaire est devenu esclave. Il suffit d’arroser un monarque qui n’attend que ça pour maintenir l’ordre.

Avec de terribles dévaluations, les pays d’Amérique du sud ont décidé un jour de s’affranchir du système et se sont relevés, libres de leur sort, et totalement rejetés par les USA dont on connaît l’ex-voto « si tu n’est pas mon ami, tu est mon ennemi » dixit Georges Bush au temps de la guerre en Irak, conception inspirée de la parole de Jésus Christ, dont il était un quasi mystique fervent, lequel ne distribuait ses bienfaits – dont ses guérison – qu’à ceux qui croyait en lui. Il châtiait durement les autres, dont une peuplade juive – comme lui – particulièrement réfractaire, les pharisiens.

Peu à peu affaibli, le FMI demeure tout de même et l’Europe allemande (Euroland s’en est inspiré pour régler le sort de la Grèce.
Malgré le référendum de juillet 2015, et le soutien moral de la Russie, la Grèce ruinée, qui ne peut rembourser ses 320 milliards d’euros, n’a pas pu quitter l’Europe et a dû emprunter sous contrainte. L’Euroland lui ordonne tout à la manière du FMI (d’ailleurs présent). SelonMarianne, elle organiserait  même les activité de boulangerie. La Grèce est colonisée, elle ne peut plus rien faire sans sans en demander l’autorisation, sans être contrôlée.
« Schauble le violent et Merkel de glace ont crucifié Tsipras » lit-on sur Marianne.

Bien sûr leurs milliardaires n’ont pas payé d’impôts, bien sûr ceux qui édifiaient la moindre cabane surmontée d’une croix dans le jardin, même petit, étaient exemptés de l’impôt au titre de » lieu de culte » !

Selon le Times, ce n’est pas l’importance de la dette qui compte mais ma façon dont le pays la gère. Ainsi, la Grèce aurait un ration de dette de 173%, faible par rapport au  Japon avec ses 246 % ! mais la Grèce ne peut contrôler sa monnaie, l’euro, et fin 2014, L’Etat aurait eu un découvert de 86 milliards de dollars en impôts non payés.. Le taux de corruption place le Japon 11me et la Grèce 34me. Fin de citation.


Le système Bancaire, par Pierre Jovanovic.

Une nouvelle fois, ses écrits dérangent et c’est la raison pour laquelle les médias institutionnels ne parlent pas de cet ouvrage, « 666 » :
« Le monde entier sera mis en esclavage par le système bancaire. » « Toute cette monnaie de singe qui est déversée depuis des années, cela conduit à un taux d’intérêt zéro ».

Les survivalistes estiment qu’il est plus utile d’avoir des poules dans son jardin que des billets de banque cachés…

Absolument ! En 2001 – ce n’est pas très loin – l’Argentine a fait faillite, parce que les Américains l’ont amenée à la faillite, et, pendant trois mois, les Argentins ont fonctionné avec le troc. Les femmes ont dû se prostituer pour avoir un poulet ou de la viande, comme à Vienne en 1932, comme en Yougoslavie lorsque Milosevic était au pouvoir… Milosevic a fait tourner la planche à billets au point que les Yougoslaves ont fini avec des billets de 500 milliards !

Mais où est passé l’or physique ?

Il montre que la seule volonté du Diable consiste à voler l’or des pays. Or, le plan de la FED consiste à voler l’or de la France, l’or de l’Allemagne et l’or de l’Italie. Ils ont déjà volé l’or des Suisses et des Libanais. Quand les Américains sont sortis du standard or, il restait deux pays où vous pouviez changer votre argent contre des pièces d’or: la Suisse et le Liban. En 1973, comme par hasard, une guerre a éclaté au Liban et la Banque centrale du Liban a été vidée. C’est ce qui s’est passé aussi au Chili. Lorsque la CIA a fait tuer Allende au Chili, ils ont foncé à la Banque centrale du Chili pour vider l’or… N’oubliez pas que Nicolas Sarkozy a vendu 600 tonnes d’or: il aurait vendu la Joconde, ce serait pareil !

Aujourd’hui, la directive de Monsieur Sapin limite tout paiement en liquide à 1000 euros, contre 3000 euros jusqu’à présent (on est revenu à 3.000, ce qui parfois gênant, et nécessite d’aller faire établir un chèque de banque). En Allemagne, il n’y a aucune limite. Cela montre bien la faillite du système bancaire français, parce que l’on va empêcher les Français de retirer leur argent en cas de déroute. En cas de sortie de l’euro de la Grèce, ou de faillite bancaire, les gens vont se précipiter à leur banque qui va limiter les retraits. II y a aussi une volonté de contrôler la population. À partir du moment où vous empêchez les gens de retirer leur propre argent, techniquement, l’argent devient la propriété de la banque, donc on limite la faillite. Maintenant, il faut prévenir cinq jours à l’avance quand on veut faire un retrait

Il y a eu les accords de Bretton Woods à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Brièvement, si la France avait un excédent d’un milliard de dollars, les États-Unis étaient obligés de reprendre tous leurs billets et de nous donner des lingots d’or en échange. C’est ce qu’a fait systématiquement Charles de Gaulle lorsqu’il était au pouvoir. Il a remplacé par des lingots d’or tous les excédents en dollars que nous avions.

À partir de 1968, sans en avertir les pays signataires, les Américains ont démonétisé en n’obligeant plus la Réserve fédérale à avoir des stocks d’or pour garantir tous les dollars en circulation.

À partir de ce moment-là, il était évident qu’ils allaient rompre les accords de Bretton Woods. C’était un défaut de paiement des États-Unis. Le 15 août 1971, il y a eu un défaut de paiement massif des États-Unis en lingots d’or. Ce jour-là, les Trente Glorieuses se sont arrêtées, le monde entier est passé en monnaie de singe et, aujourd’hui, la France a 2000 milliards de dettes et les États-Unis ont 17.000 milliards de dettes… Ce ne sont pas des sommes remboursables puisque cela ne repose plus sur quelque chose de solide, en l’occurrence l’or et l’argent.






Argent TEMPORAIRE   et profits illicites.
VOTRE ARGENT EST A MOI !! VOTRE ARGENT EST PERIME !!

Tout commence par une organisation très simple, à laquelle nous ne prêtons plus attention, l’obligation d’ouvrir un compte bancaire pour être payé ! Autrefois, le salaire était remis en main propre par l’employeur, et on pouvait le déposer à la banque, ou on pouvait demander à ce qu’il y soit versé. VERSE DIRECTEMENT présente deux avantages, l’un pour l’employeur, l’autre pour le banquier, qui est sûr de tout avoir tout de suite pour le faire fructifier, ou vous le faire perdre, mais là, sauf banqueroute – mais ça n’existe plus parce que tous les français « recapitaliseront » (un joli mot).
Pour plus de garantie, on a protégé notre argent, en nous empêchant d’en retirer trop et trop souvent, ce qui est une caractéristique française; ainsi, les banques ne risquent pas d’avoir subitement à restituer un peu trop d’argent. Moyennant quoi, elles en font ce qu’elles veulent et ne s’en privent guère; les différents « petits cracs » boursier qui nous ont coûté quelques milliards, sont là pour le prouver, subprimes et junk bonds à l’appui, qui n’ont pas été résorbés et attendent « un nouveau petit cadeau ». Aux USA, l’argent donné aux banques par le bon M Obama, élu dit-on par les banquiers (il y en avait plusieurs au gouvernement au début de son mandat), a atteint des montants faramineux. Sans pour autant que les maisons saisies soient restituées ou des retraites payées – complainte d’un anglais d’Angleterre qui ne s’en est vu privé ! En France, nous avions pris les devants avec le Crédit Lyonnais, devenu mondialement célèbre pour la facilité avec laquelle il distribuait ses aides. Pas gêné du tout car, comme l’a froidement déclaré le meilleur économiste du monde, celui qui aurait pu être Président, le célèbre et génial M. Trotte-scanne, « les français ont payé, les français repaieront ». A ce niveau, on comprend immédiatement que la science économique ne puisse être à notre portée, car elle est vraiment géniale, cette trouvaille. NOTRE ARGENT EST BIEN LE LEUR !

Dernières mesures 2016, le montant à retirer vient encore d’être réduit et je me demande comment les commerçants, sociétés multiples de prêts, banquiers, peuvent en arriver à de telles pratiques, éminemment frauduleuses, sans qu’aucune ONG d’un nouveau genre, une association de défense des consommateurs ne s’en préoccupe ? pas plus que l’État d’ailleurs, chargé de protéger ses citoyens. Voici deux exemples anciens, peut-être moins excessifs aujourd’hui: – Une carte de recharge de téléphone n’est plus valable au bout d’un certain temps. Votre argent est donc périmé ! A-t-on prévu cela dans le code civil ? – Pour ne pas rembourser, le commerçant fait un avoir; l’avoir n’est valable que deux mois. Après, tout est pour lui. En Allemagne, on rembourse sans discussion, même si c’est cassé. Il n’y a pas d’avoirs. C’est une méthode coloniale qui maintenait les indigènes sous contrôle ! Les français râlent mais laissent faire, d’autant que la justice est absente. La norme en France est de voler. Je suggère que la banque de France émette des billets périssable, c’est à dire dont la validité ne serait par exemple que de six mois, sans avertissement puisque nul n’est censé ignorer la loi. Ce serait un excellent moyen pour relancer l’économie, car il faudrait dépenser très vite pour ne pas être ruiné.





L’INSTABILITE

Nous changeons tout, tout le temps !  Il nous faut aussi du sérieux, et de la stabilité-continuité. Cela aussi bien dans nos lois que nos comportements, nos engagements, mais aussi dans notre offre en matériels? Voir la méthode allemande dans « qualité allemande » (bas colonne droite). Jamais la même prise de courant ou « triplette » chez Gasto, alors que depuis 15 ans j’achète encore les mêmes en Allemagne, bien pensées, en différentes couleurs. Par contre nous sommes très stables dans la médiocrité, comme pour notre vintage grosse et archaïque prise téléphonique, nos cavaliers métalliques pour clouer les fils au mur et autres amusettes du genre. Quand à la qualité, elle s’amenuise avec l’épaisseur de ce que nous achetons (voir ci-dessous « facteurs de coût non répertoriés »)

Un anglais chef d’entreprise en France a répondu à l’un de ses concitoyens : « il faut savoir qu’en France, vous ne toucherez que 20% de la clientèle potentielle » !!  ce qui signifie que par rapport aux anglais, rois du commerce, on ne fait rien pour aller chercher ces 80%. C’est au client de faire la démarche !  Un allemand de mes connaissances qui voulait s’installer pour travailler en France y a renoncé en disant « c’est un cauchemar !!  complications, incertitudes de tout (rendez-vous, livraisons, délais, approvisionnement..). Ils sont bien moins souples que les anglais, c’est sûr, mais tout de même.

Le commerce à la française se pratique sous la contrainte ! Nous nous plaignons de la vente forcée et du harcèlement moyenâgeux : les cuisines à une époque pour citer un exemple, les fenêtres, literie etc. mais aussi relance par téléphone sur tout produit du moment qui rapporte bien.

Dans une boutique d’habillement, la gérante se plaignait des quotas imposés par la marque qu’elle représentait et des menaces constantes de retrait de l’enseigne (marque) si elle n’atteignait pas ces quotas.¨

Frilosité. Comparés aux anglo-saxons, peuples nordiques et peut-être aux surprenants Italiens, nous sommes plus occupés par le débat stérile et la recherche d’une complexité embrouilleuse, que par l’obtention d’une efficacité pragmatique. (propos à limiter à la fabrication et au commerce en général).  Pour les exemples,Voir  qualité française   qualité allemande  

Chez nous, celui qui fignole et s’interroge est un tatillon, un emm.., un casse-pieds. J’en suis un. Steve Jobs (1955-2011), fondateur d’Apple, insupportable perfectionniste jusqu’au moindre micro détail d’esthétique ou de finition, même interne à l’appareil, attrapait des rages mémorables. Apple n’aurait pas pu être Français. Pour autant, je  n’excuse pas pareils comportements. Il y a de la marge et on n’en demande pas tant !






LEUR NOM EST « PERSONNE »

Le compte. On ne peut plus rien faire sans ouvrir un compte. Un compte qui vous fait miroiter mille merveilles mais qui n’est qu’un miroir sans tain, d’où l’on vous observe pour soi-disant mieux vous servir, alors que la réalité est inverse, l’on vous y espionne à loisir pour vous faire casquer et revendre votre vie privée.    Souscrire et ouvrir des comptes est aisé, il suffit d’un premier clic et l’on y est vivement encouragé, car notre argent et nos données sont les bienvenus !
ET comment !
Après coup, la porte se referme. C’est simple, on ne vous connaît plus ! les contacter pour annuler ou modifier va devenir une occupation à temps plein, et les factures ou le service que vous contestez ne peuvent plus être annulées. Rien n’est prévu pour cela ou rarement, priorité absolue aux nouveaux produits que l’on cherche incessamment à vous vendre.


Une Déplorable Mentalité, cautionnée par nos instances dirigeantes. Le compte isole de tout contact humain, suppression d’effectifs oblige, et nous place devant le déni, l’impuissance, le néant. Des appels à n’en plus finir, des non réponses, des factures qui continuent à arriver, avec menaces alors que l’on tente justement de les annuler ! et l’on continue à payer, et il faut un imprimé que l’on n’a pas, et dont on ne vous a rien dit, et non, on ne peut pas vous le donner, il faut aller à la ville voisine.
Je suis excessif, j’exagère ? pas du tout, c’est du vécu (fin 2015), soit la difficulté d’une amie qui, de Vierzon, doit aller à Bourges chercher deux imprimés, alors que son mari vient de mourir, pour faire annuler une assurance vie, souscrite aisément, car dans ce sens, tout va bien.

La convivialité du robot répondeur.  driiinnng .. musiquette.. « nous recherchons votre correspondant »... musiquette.. « nous recherchons votre correspondant », et au bout de plusieurs minutes, « tous nos collaborateurs sont occupés, veuillez renouveler votre appel ultérieurement ». Cela peut-être aussi le très accueillant, « si souhaitez obtenir un renseignement commercial, faites le 1« , « si c’est un problème technique, faites de le 2 » etc puis « pour réécouter composer.. »  De l’insatisfaction (pour être poli), oui; du temps perdu ? oui, mais pas pour le « délinquant » qui abuse d’un système légal, mais honteux : pour ne rien obtenir, ça peut coûter cher, très cher
Une loi semble vouloir limiter l’abus, mais que sait-on de la réalité de nos lois annoncées à la télé ? passées, pas passées, décret d’application voté, pas voté, multiples amendements, applicable mais pas appliquée ?

Banques, assurances en premier (les rois) avec Orange (« Oh rage », oh désespoir, entreprise ennemie, ..) et tant d’autres, mieux vaut s’en tenir là. plus d’exemples).



Le lien de désinscription d’Internet. Dès que l’on a appelé un service, acheté quelque chose, ouvert un compte etc, les Emails commerciaux commencent à pleuvent. La loi oblige à mettre un lien de désinscription à la fin des E-courrier d’offres publicitaires ! pour rien. Beaucoup sont volontairement inactifs, soit par nature (aucun écran de désinscription ne s’affiche), soit que la désinscription soit bidon par nature, soit que les offres publicitaires reviennent avec de nouvelles adresses informatiques ou par des détours d’acheminement.
Qui s’en inquiète, personne ! l’état a fait ses lois, pour rien comme d’habitude, toutes ces entreprises en rient en se tapant sur le ventre. Et les Emails et messages pleuvent sur nos PC et smartphones.





Les travers de l’économie libérale
Voir aussi  « Mondialisation » Le système Bancaire« , par Pierre Jovanovic, plus haut.

La tendance à cacher le vrai coût s’étend. La tendance à tout cacher se généralise. Rien d’étonnant, car au pays de la liberté d’expression et de la tolérance, nous n’avons jamais eu autant de peine à pouvoir exprimer ce que nous pensons, y compris en famille, tant toute approche un rien subversive dérange.

Le constat : Les augmentations de prix officielles et celles que nous constatons ne sont pas en phase. En premier lieu, en raison de l’existence d’une liste officielle des biens de consommation, très contestée car dressée par l’élite, bien que parfois rectifiée. Or chez les gens modestes à pauvres, on n’achète pas souvent un bracelet en or, pas plus qu’un poste télé, une voiture et jamais une maison. Ce qui compte, c’est la nourriture, l’habillement, les frais scolaires, les transports, les loyers, le carburant, les taxes. Leur problème c’est aussi l’incontournable équipement en audio-vidéo-informatique et assimilée (jeux, smartphone, etc), et qui plus est leur obsolescence (voir colonne 3). Les dépenses pour vivre honorablement vis à vis des autres se sont multipliées.

Quand aux prix, il nous semble que ce qui était en francs à l’époque est devenu en euros aujourd’hui, 2015, soit près de sept fois le prix !  On nous ressert alors, vrai ou faux, le coût du petit noir du bar de Paris qui n’aurait pas bougé. Cela étant dit, je ne vais pas polémiquer sur le petit noir car on n’en sortirait pas. Il est vrai que les produits techniques sont bien plus sophistiqués

La constance de l’appauvrissement des pauvres de plus en plus pauvres et nombreux, et de l’enrichissement des riches de plus en plus riches et nombreux est bien connue; au besoin, les bateaux des ports de plaisance du midi en témoignent aisément, ainsi que les voitures de luxe ou quelques montres – pour citer le plus flagrant – ces deux derniers pouvant atteindre ou surpasser prix moyen d’une maison !

D’honorables spécialistes de plusieurs pays européens l’ont confirmé depuis au moins trente ans et le répètent à loisir, les deux courbes sont implacables.

Un SMIC permettait autrefois de vivre honorablement dans  son HLM alors que ce salaire approche aujourd’hui la définition du seuil de pauvreté. Sans parler de la transformation radicale de ces quartiers en zones de non droit.

Pourquoi ne pas mieux payer, plutôt que de distribuer des aides et faire face aux troubles sociaux induits de tout genre, avec des coûts exorbitants cachés, car  non identifiés, ni totalisés.
On rejoint ici l’aberration de notre productivisme agricole et d’élevage.

Quelle voie prendre ? le communisme ? des dizaines de millions de morts et un désastre pour les pauvres, néanmoins logés en collectif en URSS, avec le temps (l’arrêt du système a mis plein de gens à la rue en Allemagne de l’Est. Vers une économie libérale contrôlée et maitrisée ? idéal selon moi, mais pas facile, l’économie fonctionne comme un balancier, de même que les civilisations, d’un extrême à l’autre. Comment faire pour bénéficier du progrès en le maîtrisant ? exemple : limiter l’installation des paiements automatisés et conserver des postes : bornes et caisses automatiques. Hélas, comme dans le sketch de R. Devos sur le percepteur qui criait « des sous, des sous..! », on attendrait ce nouveau refrain, « on n’y arrive plus, on n’y arrive plus.. » Parfois, l’on aimerait bien voir quelques contrôles fiscaux, car je répète personnellement : « où va l’argent, où va l’argent ? »


Le travers de l’économie libérale est que les prix sont libres, mais les salaires encadrés !!

CHERCHEZ L’ERREUR :
tout peut augmenter, visiblement ou non, alors que les salaires ne peuvent que baisser, visiblement ou non, suivis ou précédés par les conditions de travail.
On a lâché sur tout, sans aucun respect pour les personnes (travail de nuit ou tard le soir pour les femmes qui rentrent la peur au ventre, horaires fractionnés qui contraignent les employés à attendre sur place (mais où, puisque rien n’est prévu), petits emplois à mi-temps ou à 20/24 heures/semaine forcés (profession ? stagiaire !!), ou à l’invers, 50 heures/semaine pour 35 déclarées,
l’imagination des employeurs est sans limite.

D’autres travers complètent ces excès, car notre Etat ne considère qu’une chose « l’EMPLOI A TOUT PRIX ».
Nouveau venu, « embauché si vous vous déclarez en nouvel entrepreneur (autrement dit si vous vous mettez à votre compte, donc sans aucun avantage social, ni poste dans l’entreprise !), ou encore travail à domicile, une formule intermédiaire.

Le verdict de fin du COVID19, annoncé partout comme une nouvelle ère, est clair : impossible d’augmenter les salaires, impossible d’introduire la participation au capital, on perdrait la compétitivité (toujours le même discours, tout peut augmenter, ou se dégrader pour le même prix, et on ne s’en est pas privé, sauf les salaires.
J’ai écrit lors des gilets jaunes, « cessez de produire des lois à tour de bras, mais créez des postes d’observateur-avertisseurs susceptibles d’intervenir sur place (un peu comme pour les finances, mais officieusement, ou comme Julien sur RTL), n’augmentez pas les salaires sans contrôle des prix car ils vont automatiquement augmenter ». COVID : On a mis au chômage (réel ou simulé), a-t-on réduit les prélèvements, les bénéfices financiers de tout ordre, les charges, les loyers, les assurances, les émoluments fantasmagoriques.. ? NON


L’Avion au sol, INFLATION SOUTERRAINE
. Le vol sera bientôt moins cher que les taxes d’aéroport.
Mon gendre avait des miles gratuits et il a donc payé avec le voyage avion pour la famille De Hambourg vers les Baléares (4 personnes). Il a payé 600 euros d’aéroport !!


Pour une petite voiture, donc pour les gens modestes, l’autoroute coûte aussi cher que le carburant.

Disparition des tarifs. Le Train. On ne connaît plus le prix d’un trajet, la SNCF non plus, c’est bien commode car aucun contrôle n’est possible dans ces conditions. 2019 ? La SNCF a donc revu sa grille tarifaire, mais ce ne serait guère plus clair.. l’embrouille se généralise.

Inflation des TAXES (nationales, régionales.
Mascarade du gonflement des taxes dites « sociales », qui ne sont que des impôts déguisés derrière un masque de bons sentiments (aide à autrui); les CSG et consort s’imposent partout, en rappelant que l’unique CSG « Rocard » à sa création n’était que de 1,1 %
Impôts immobiliers régionaux, coût des autoroutes, taxes sur certains produits (dont pour dissuader (tabac..)
Inflation de la mauvaise qualité Conserves dont le poids et la description ne disent pas que le contenu réel utile a bien diminué (viandes et légumes à l’intérieur etc). La baisse générale de qualité se poursuit. En alimentaire, habillement, matériaux, quincaillerie, objets etc. Contenu réel des boites et conserves, poissons piqués à l’eau salée, fruits et légumes énormes (de l’eau) – pourtant si vantés – et de mauvaise qualité. Epaisseurs régulièrement réduites qui font que le poids et la qualité achetés n’ont plus rien à voir. J’ai renouvelé des set de table après quelques années (une chance car tout change), leur épaisseur était réduite d’un tiers ! idem pour des équerres d’étagères « faméliques ». Coton transgénique ou recyclé, fibres synthétiques, tout perd de l’épaisseur et/ou produit une poussière visible qui serait responsable d’un tiers de la pollution de l’air. Seuls les appareils et engins techniques ont progressé et en règle générale, on ne se plaindra pas, de leur allègement ! ! Bien des gens n’y voient rien. Les dentifrices peuvent avoir  de l’air dedans, des flacons sont à demi remplis etc etc. OUI, l’augmentation truquée des prix est bien plus conséquente que ce que l’on prétend. Alors qu’un T-shirt des années 70-80 tenait de si nombreuses années, celui d’aujourd’hui est râpé au cou et avachi dés le premier lavage (surtout en France). Le tissu de mon jean Brooklin de chez Leclair, est devenu soudainement rêche et moche (arrêt d’achat). Même prix, mais plus rien à voir, agrément, couleur, souplesse, toucher : DISPARUS.

Autre aspect ECOLOGIQUE non comptabilisé car ignoré, IL LACHE DES NUEES DE PARTICULES DANS L’AIR DE L ‘APPARTEMENT DES QU’ON L’ETIRE ou LE REMUE ou le secoue un tant soit peu, en le mettant ou l’enlevant

Voilà la réalité du textile moderne, si vanté par les scientifiques pour ses soi-disant qualités (il va nous soigner, communiquer c’est indispensable, pourquoi pas nous nourrir pendant qu’on y est)

Inflation par l’ambition démesurée de réussite, ce que la Bourse autorise gaiement. Dans une lutte sans merci, l’on rachète à grands coups d’investissements et de dettes ce qu’il faudra bien faire payer au consommateur. Ce contrôle peut devenir planétaire (Monsanto, Bayer). Les fortunes et  paradis fiscaux grossissent au même rythme.
Inflation par les travaux mal faits, si ce n’est des dégâts. Les travaux mal faits sont légions, y compris par des professionnels ayant pignon sur rue, « depuis 1886 » affichent-ils ! mais ils sont pressés, pressés de taxes, sûrement, en tout cas ils ne manquent pas de nous le dire, pressés d’en finir aussi le plus rapidement possible. Les malfaçons se succèdent au point que l’on renonce aux travaux alors que l’on a les moyens. Je ne suis pas le seul, de loin. J’ai même été interpelés lors de travaux de réfection : « vous en êtes content, j’ai eu tellement de ratés.. ». Les recours ? j’en suis arrivé à une mise en demeure !! ce qui est conseillé en toute circonstance (c’est la première étape obligatoire avant le procès).

Inflation par retrait de l’Etat avec disparition du service public.
Transfert des possessions régaliennes au secteur privé (énergies, industrie, télécommunications, service des postes).
Qui osera dire comme moi : Eurotunel et Eurodisney, Suez, Sidel.. vous ont été offets par tous les petits actionnaires ruinés ! voir financement privé

Inflation des honoraires, des coûts marchands, pratiques douteuses Médecins spécialistes, chirurgiens (dépassements, dessous de table), Dentistes, ophtalmologiste, opticiens, prothésistes audio.. Kinés (qui vous mettent sur des machines comme dans une salle de sport. Les Intouchables : tarifs « La bandes des six », certains avocats, notaires, huissiers, marchands de biens (agences immobilières), syndics et juges. Hors contrôle. 
Faut-il encore les citer? Banques et assurances (pratiques abusives et frauduleuses (souvent dénoncées), Agios, prélèvements, sourde oreille..  Notre argent est tout simplement captif. Notre argent devient le leur, et ils ne s’en cachent pas ! Refinancés par milliards avec nos impôts, pourquoi se gêneraient-ils ? Le bon Obama a fait de même pour 400 milliards !! et les banques américaines – ni anglaises selon une plainte de leur ressortissant – n’ont pas rétablies les économies perdues, ni recédé les maisons confisquées ! De simples petits malfrats, en col blanc.




LA disparité croissante entre la baisse des revenus d’une couche majoritaire de la population, et « l’offre-tentation » pléthorique, luxueuse parfois mais quasi indispensable, est source de frustration, de replis, avec son corollaire, la violence.
La SCIENCE et sa technologie, nouvelle religion, associée à la politique, divise et complique, grignotant notre temps par la complexité, sinon les pannes.
Inflation par les brevets, nourriture incluse. Les brevets permettent de prendre le contrôle d’un produit (engrais et pesticides fermiers, graines, farines, pains, mais aussi fruits etc).

Autrefois on mangeait des fraises, pas des gariguettes, et du pain, des baguettes, plus ou moins bonnes selon le boulanger, mais pas des Banettes, Croquises, etc. Régulièrement, un produit banal d’autrefois passe sous contrôle. Ce n’est pas qu’une banale appellation, ce sont des royalties en sus pour le « créateur » et des recettes en moins au point de vente.
Inflation par l’obsolescence La mort programmée condamne votre imprimante « pas chère » au bout de trois ans ou smart phone bien plus cher de la même façon. Matériel (touches inactives), logiciels, tout y passe, du réfrigérateur au téléphone – fixe inclus. NOUVELLE OBSOLESENCE LEGALE : la limitation des pièces détachées à deux ans, soit la durée de garantie !! ON les a forcé à préciser la durée de fourniture des pièces, ILS ont vite trouvé LA PARADE ! fin 2016 ; Nous venons de découvrir cela pour les petits fours mobiles, plus de pièces après la garantie. Cela aussi c’est de l’inflation !! deux ans et vous avez tout perdu. C’est la nouvelle économie et ce modèle commercial ultra favorable au fabricant pourrait bien s’étendre à du plus gros matériels, lorsqu’il aura touché tous les plus modestes ? A CHAQUE FOIS QUE L’ETAT PROMULGUE UNE LOI DE PROTECTION DU CONSOMMATEUR, CA LUI RETOMBE SUR LE NEZ ! Parce que l’Etat n’encadre rien et que l’on croit atteindre en rigolent ! C’est au citoyen de se défendre avec la justice que l’on connaît. Non seulement il n’aura plus de pièces détachées, mais il ne peut toujours pas dénoncer un contrat sous de fallacieux prétextes que l’association « Que Choisir » dénonce bien inutilement.. A quoi servent leurs lois de théâtre ? Ne serait-ce pas à eux de faire pression pour se faire respecter, au lieu de laisser s’enfler un corps d’avocats coûteux aux résultats contestables.

Inflation par le consommable. C’est le boom du consommable, que les fabricants cherchent à associer au matériel. Piles, batteries, cartouches d’encre (la goutte au prix du parfum Chanel), sont au sommet; cafetières et percolateurs (nettoyage, filtrage), lingettes, couches, produits d’entretien ménager, hautement consommés, ne sont pas en reste. Autre exemple typique, le cas d’un rasoir allemand qui possède sa station de nettoyage.
LE SMIC, SALAIRE DE L’INDIGENCE. L’inflation des taxes, l’imposition, les coûts réels cachés, sont devenus au fil des ans, exorbitants.. L’arrogance de ceux qui s’augmentent allègrement « pour leur talent », en est que plus provocatrice.




DROIT DU TRAVAIL

Le code du travail pèse un kilo et demi pour 3809 pages !! L’un des récents textes européens interdit aux jeunes de moins de 16 ans de monter sur une échelle ! Il eut été préférable de rendre obligatoire des échelles sécurisées (stabilité), et le port d’un harnais. Les allemands auraient trouvé un biais contre cette loi susceptible de priver les jeunes de travail. Et l’on ne va pas voir, dans les grandes exploitations, les conditions de travail souvent déplorables des « saisonniers de la cueillette », sans aucune défense car bien souvent illégaux.
Les anglais n’ont aucun code du travail ! l’employeur peut faire signer un contrat de base « zéro heure » (contrat vu à l’écran lors d’un reportage Télé). Unbelievable (incroyable) Les employés qui peuvent bénéficier de cette souplesse, comme leur patron, se déclarent satisfaits. Je ne vante en rien cette odieuse conception qui permet aux patrons de verser le salaire qu’ils veulent pour un temps de travail plus que variable, sans aucune considération pour la galère des employés. Qui enchaînent les petits jobs, ne peuvent pas rentrer chez eux entre deux vacations par jour pour un même emploi, écartelés par les horaires pour un revenu de subsistance. Peu importe leur condition, ils sont transparents, en attendant les automates, puis les robots qui les remplaceront, aux caisses, à l’usine, partout. Il y aura encore plus de sociologues, de spécialistes de ceci et cela pour pomper et donc détourner l’argent que l’on aurait pu leur verser. La vengeance ? j’entends dire que l’intelligence artificielle atteindra les cadres supérieurs. Pauvre consolation. L’adage « faites des études et vous aurez du travail », déjà ridicule sinon humiliant pour ceux qui sont à la base de notre confort, sera du coup bien malmené. Mieux vaut parfois un solide petit métier manuel.





SYNDICALISME

Les syndicats ont un rôle obscur qui vise autant à prendre un contrôle dont ils ne souhaitent pas être responsables qu’à obtenir un avancement personnel. L’importance et la qualité de leur siège social est digne des lieux que fréquentent ceux auxquels ils sont censés s’opposer. Leurs dirigeant fréquentent les mêmes lieux luxueux qu’eux, et ils se saluent, voire s’y parlent ou s’y confient ! Ayant eu une fois l’occasion d’être hébergé dans un château qu’avait fréquenté notre célèbre feu Colette (il y a encore sa chambre, que j’ai visitée et qui est louée), nos hôtes, bien placés pour connaître le fleuron français, nous ont confiés ce petit secret que personne n’irait soupçonner.

En premier lieu, ils ne devraient pas être subventionnés par l’Etat, selon une répartition que le général De Gaulle lui-même n’avait pas souhaité changer. Avec une misère de cotisants, et quelques ressources occultes, nos syndicats font piètre figure et leur action est plus politique que professionnelle.




Obsolescence programmée, LA POSTE.

(décembre 2016) Nous sommes les témoins effarés de l’obsolescence de tout. Pour le plus grand bien de la mondialisation, de ses milliardaires et de leurs fortunes, qui sont les seuls à afficher une belle progression.
En contrepartie, tout le reste se dégrade, salaires, retraites, emplois, médecins, santé en général, maisons de retraites, cliniques, service public en général, honni des chefs d’Etat libéraux, qui pensent que seul le Privé est gage de qualité et d’efficacité. Le privé est bon pour l’innovation, la responsabilisation, l’organisation, la production. Après, seul le profit compte tant qu’il y a des clients, même mécontents. Il a fallu que les gens cessent d’acheter les poulets aux hormones, mous et roses, infâmes, pour que le filière s’amende. Aujourd’hui, avec l’élevage en batterie, la culture aux poisons et à l’arrosage forcené font que les radis seront un jour aussi gros que la pêche, qui sera aussi grosse qu’un melon (ancien). Avec la bénédiction de nos savants, qui prétendent nous nourrir, alors qu’ils nous empoisonnent avec de mauvais produits, tout le monde le sait ! on les jette, pourris en trois jour ! et l’on achète surtout de l’eau à prix fort.

il faudrait se priver de tout, mais il faut bien manger quelque chose. Il faudrait faire des boycotts rotatifs.

Le courrier n’arrive plus, les bureaux disparaissent.. UN MOIS pour envoyer un collant à moins de 100 km soit de ma petite ville à St Calais. UN MOIS pour recevoir un calendrier « de l’Après », expédié d’Hambourg, 1150 km. Il est vrai qu’il y avait eu grève de la Lufthansa, mais tout de même; Ils ne sont peut-être pas même concernés. En Allemagne, c’est aussi cher sinon plus, mais ça fonctionne. Le courrier rapide ou ordinaire a toujours été un leurre pour pigeons. Ce qui marche bien, c’est la privatisation et ses profits. Même envoyé par DHL d’Allemagne, une fois entré en France, on ne sait plus. Et même en Allemagne, entre la Bundespost et DHL, le sous-traitant, ça se dégrade (2018).

Dans ma petite ville, il y a encore un bureau de poste. Sur l’ arrière, à 50 mètres, est posée une boite à lettres sur pied pour automobilistes. Une autre boite murale à fentes multiples a été fermée pour cause de sécurité. Depuis lors, nous avons expérimenté à l’intérieur du bureau diverses versions de paniers, clapets et je sais quoi d’autre.
Il a maintenant deux boites plates de carton posées à même le sol, sans aucune indication; Si quelque employé passe au bon moment, il nous explique inlassablement que la boite de gauche est pour le courrier non oblitéré et la droite pour l’oblitéré. Traduction : pour ceux qui ne sauraient pas, le courrier « oblitéré » est du courrier « affranchi ».
On regarde ces réceptacles ouverts à tout vent avec suspicion ! OBLITERE ? que vient faire du courrier oblitéré dans une boite aux lettres ? Comment peut-il être « oblitéré » ? réflexion faite, il vient d’à côté, où une machine « self service » officie.
Mes REPONSES : dommage que la machine semi-automatique ne serve pas aussi pour placer le courrier « oblitéré » !! Question. pourquoi ne pas mettre une inscription au-dessus des cartons ? telles que courrier oblitéré », « courrier non oblitéré » ce serait la moindre des choses et j’ai posé la question. Les réponses sont aussi qu’incertaines qu’inappropriées : « on ne peut pas ! » « on n’a pas le droit » !! pauvre France..

Notre poste est bien entendu automatisée pour les affranchissements, en attendant d’être robotisée. Je n’ai rien contre l’automatisation, si l’aide humaine disponible subsiste, ce qui est le cas jusqu’à présent.

DISPARITION PROGRAMMEE. Service public ? il disparaît partout au bénéfice de l’enrichissement de quelques uns. QUE DIT NOTRE ETAT dit, de plus en plus à tort « providence !! » Selon la revue INC, qu’un certain Narkosy voulait voir disparaître, la bonne, juste, claire et précise loi dit : « la Poste doit maintenir 17.000 points de contacts », sans autre précision !! la porte est donc ouverte à tous les abus. En 2005, il y avait 15.000 bureaux de poste, contre 8.000 en 2016. Les « points relais » s’y substituent et la Poste interrogée répond, « cette disposition permet de maintenir la présence postale malgré la baisse de fréquentation ».
Dommage que nos députés ne sachent voter des lois si bien appropriées que pour eux-mêmes, dont pour leurs retraites ou leurs indemnités.





L’HOMME D’ELEVAGE

janvier 2017. L’animal domestique élevé en cage depuis son plus tendre âge, n’a connu aucune socialisation de quelque sorte que ce soit, si l’on excepte ses contacts à minima avec l’humain. Il ne sait donc rien de tout ce qu’il faudrait connaître de sa condition d’animal condamné à vivre avec des humains qu’il ne comprend pas. Il ne sais rien des fonctions et des comportements les plus élémentaires, observées dans un groupe qu’il n’aura jamais connu, – la vie, la mort, les repas, les besoins, la propreté, l’environnement des autres.

Fonctionnant instinctivement en clan, où chacun tente de gagner et conserver la place qu’il peut acquérir selon les envies que lui permettent ses moyens – physiques ou intellectuels – il tente comme tout bébé humain ou pas d’imposer ses visions et de pousser aux extrêmes. Option risquée et frustrante avec l’humain qui n’y comprend rien, prend comme manifestation d’amitié un marquage de territoire ou une tentative de domination, puis punit pour une faute que l’animal est incapable d’identifier, ou s’étonne d’une furieuse et soudaine vengeance, qu’il ne comprendra pas davantage.

SUR COMMANDE. La vie d’un nombre croissant d’humains commence dans l’anonymat d’un chaudron congelé, où ils seront pêchés au hasard selon les besoins. A l’encontre d’autres espèces plus importantes, son devenir n’est pas d’être consommé mais d’être placé dans l’organe d’une mère dite « porteuse » qui n’aura pas été le siège d’une sélection naturelle, laquelle selon les observations récentes, permettent à un ovule de choisir le prétendant, et non le premier arrivé que l’on dit. Cette porteuse n’aura pas même le rôle sublime de la légendaire louve qui avait nourrit un humain, ou de ces singes qui avaient permis, par leurs soins, à un enfant perdu de subsister pendant quelques années dans la forêt.
Aucune abnégation dans tout cela, rien que du commerce, l’intervention médicale incluse. Quel amour pour cet enfant qui, après naissance, sera tout aussi bien nourri par une nourrice, en direct ou en différé, pour peu que ses acheteurs, devenus parents, soient bien trop préoccupés par leur métier, ou que la mère n’aie pas de lait. En différé, si elle achète en bouteille le lait d’une tireuse électrique, tireuse qui permet d’avoir du lait au moment où l’on veut, et ça vaut la peine de le signaler, du vrai, du lait humain, ce qui est un immense progrès. Un lait gratuit si l’on tire son propre lait, ou au prix du marché, puisque c’est désormais une offre commerciale dont peuvent bénéficient les heureuses laitières qui en ont trop. Il n’y a pas encore de côte, comme pour le vaches (je bois celui de vaches gersiaises). Et l’amour dans tout cela ? c’est un rien ringard, passons, et la socialisation ? qué que c’est que ça ?

COMMENT ELEVER SON ENFANT ? L’humain se réfère à des spécialistes qui n’en connaissent pas plus, n’ont parfois pas même élevé d’enfants (j’en ai connus), puisqu’ils ont eux-mêmes tout appris dans les livres des autres qui ont fait de même, et se réfèrent à des schémas théoriques comportementaux sinon à la psychologie. Je n’en nie pas l’intérêt pour quelque cas particulier, mais il est plutôt inquiétant de constater l’éloignement constant de l’humain de la vie et ses manifestations, contrairement au temps passé, ou chez les tribus primitives où chacun peut observer tout jeune la naissance, la vie et la mort. l’humain moderne, pas plus que l’animal d’élevage, ne voit plus rien et n’en sait plus rien. Alors qu’une paysanne indienne observera son enfant, ses selles etc et modifiera son alimentation en conséquence, l’humain instruit totalement désemparé devant ces choses de la vie, lit ou consulte la science.





EXTREME en POLITIQUE

J’ai noté que nous avons en politique, une droite libérale pétrie de qualités, et une droite extrême pétrie de tares nauséabondes, bien que n’ayant encore rien fait. Ce qui justifie – selon les médias – de l’éliminer ou de l’interdire (où sont passés « les droits de l’homme » et « la liberté d’expression » ?).
Pour ceux qui, trop jeunes ou pas encore nés, n’ont pas connu cela, je rappelle que la même dénégation a autrefois existé, la pensée de la droite majoritaire, à laquelle je croyais comme la majorité des français, refoulant et diabolisant la pensée de gauche, un rien « marxiste-léniniste », laquelle ne s’est imposée qu’à l’avènement du Président Mitterrand, célèbre aussi pour sa volte face six mois plus tard. La gauche est passée, avec ses apports et ses faiblesses, et nous sommes toujours là. En liberté.
Nous avons donc un centre multiple, c’est-à-dire un centre tout au centre (mais de quoi ?), plus un centre un peu à droite, compensé par un centre un peu à gauche. Le tout reste donc bien au centre. Ou se balance ce qui en moyenne, peut revenir au même.
C’est bien plus simple à gauche. Il y a une gauche et une autre gauche, un peu plus à gauche. MAIS PAS EXTREME. Que serait une gauche extrême ? le communisme ? la réponse est NON ! car il a existé longtemps et survit toujours au plus profond de quelques-uns, sans jamais avoir été taxé d’extrême, ni poursuivi, ni éliminé de tous les postes. Pourquoi? la gauche, et plus encore la gauche de gauche, est HUMANISTE, c’est à dire BONNE. Si l’on ne devait pas comptabiliser ses exécutions passées dans les pays d’Europe centrale et d’Asie, ses camps de reconditionnement, son virage vers la nomenklatura ou la méfiance au sein même de toute famille, le communisme philosophique de Karl Marx eut été parfait. En tous cas bien supérieur aux régimes totalitaires des dictateurs, justement honnis par la gauche. On peut le comprendre, car bon nombre de ces pays aux gouvernements dictatoriaux ont été soutenus un temps (mais encore) par les Occidentaux ou américains du nord, pays notoirement démocrates et respectueux des peuples, eux aussi. La concurrence dans la bonté peut-être féroce. Les exemples ne manquent pas, en Amérique latine, avec le Chili de Pinochet en tête, en Afrique (la liste des monstres est longue), en Iran sous le Shah, en Iraq avec Saddam Hussein, dans tout le Moyen-Orient : Arabie Saoudite, Liban, Syrie, Egypte.., Asie même, sous la colonisation. C’est un passé relativement proche qui survit pour partie allègrement.

Ce qui n’a jamais été dit : En réunissant toutes les exécutions et persécutions des dictateurs, prises au cours de leurs règnes, arriverait-on à la hauteur des stakhanovistes du massacre en série ? Quelqu’un a-t-il seulement tenté, d’établir une comparaison plausible ? ce n’est peut-être pas possible, car dit-on, « l’histoire est écrite par les vainqueurs »; il doit donc être difficile de trouver des chiffres macabres fiables surtout lorsque la mort n’est pas comptabilisée. On devrait toutefois pouvoir faire des bilans démographiques globaux avant et après ? Vous savez ce que je crois ? il n’y a aucune velléité pour cela, car le flou convient à tout le monde. A chacun son chiffre, c’est accommodant.
Entre ces modèles, les français auraient-ils trouvé l’équilibre ? on dit que nous avons le cœur à gauche et le porte-monnaie à droite. C’est drôle; nous avons aussi écrit en grandes lettres : « liberté, égalité, fraternité » ? n’est-ce pas la devise de tous, camarades ?





CULTURE exclusive

Fin 2016. Une journaliste-animatrice de nos radios d’Etat, au demeurant sympathique et agréable, puisque je l’écoutais, a lâché au cours d’un entretien: « on peut ne pas être cultivé, mais avoir tout de même un peu d’instruction ».
Dans le contexte de l’émission, elle pensait ainsi, en toute sincérité, atténuer le propos d’un invité, prenant la défense des pauvres terriens que nous sommes. C’est gentil, merci pour cette valeureuse et louable intention.
Je savais déjà que la culture « à la française », n’était pas à ma portée, puisque réservée à une élite, littéraire je pense, sinon de haute lignée. Connaissant deux enseignants, je peux dire que le mal commence là. Ce qui est résumé ainsi par une allemande, « la France est dirigée par une élite dédaigneuse« .
Littérature et arts classiques (musique, Opera, peinture, sculpture, danse..) et pour être vu, mode peut-être ou quel qu’autre représentation, sont les manifestations de la Culture à la française. Sujet qui avait divisé Allemands et français, comme je le rapporte en d’autres pages, lors de la création d’Arte, la chaîne de la culture. Les allemands l’ont remporté, fort heureusement,




Gilets Jaunes, les invisibles.
L’intelligence et le talent, les aptitudes, capacités, inventivité, création, bon sens, etc. appelons les comme vous le voulez sont bien plus répandues que l’on ne croit, et sous de multiples formes, souvent insoupçonnées. Et cela n’est pas réservé à l’élite. Il n’est pas difficile de confondre quelque arrogant cultivé pour des choses élémentaires. Je l’ai fait même pour des sujets aussi brûlants que la Shoa ! Le mouvement des gilets jaunes est né d’un tour de passe de l’Etat qui a absorbé dans le budget général une taxe sur le courant électrique destinée aux développement d’énergies renouvelables, puis en a créé une nouvelle sur les carburants ! Faut pas se gêner..

En vertu de l’équilibre général des forces de la vie, le yin et le yang chinois en quelque sorte, il n’existe pas et ne peut exister un seul avantage sans inconvénient et vice et versa. Une application particulière de ce principe voudrait que tout être particulièrement doué, promu aux fonctions supérieures de la société civile ou étatique détient, selon les circonstances, une part de stupidité, reconnaissable sous différentes formes. Selon le même principe, tout être moyennement ou peu doué, promu aux fonctions subalternes de ces mêmes sociétés détient, selon les circonstances, une part d’intelligence, reconnaissable sous différentes formes.

Personne n’y échappe et cela nous est arrivé à tous, si nous voulons bien le reconnaître. L’équilibre final appliqué à ces deux cas veut que si l’on ignore la stupidité des premiers, on ne reconnaisse pas davantage l’intelligence des seconds. J’ai bien souvent reconnu cette éternelle réalité, bien plus surpris par les seconds, marginalisés, que par les premiers, seuls à pouvoir s’exprimer. Les exemples type sont très répandus, comme l’aventure d’un Premier Ministre (en Ballade, astuce pour l’identifier), naufragé de la neige, marchant avec ses beaux escarpins, et découvrant par chance une ferme salvatrice (appartenant à des parents). Ils prennent vraiment les autres pour des C.. ajoutons y diverses tentatives de nos élus qui réforment tout à chaque élection, programmes de l’Education Nationale, carnet de santé etc, le tout stupidement sans avoir procédé à une quelconque simulation intégrant les principaux acteurs que sont les médecins. Aujourd’hui 29 avril 2020, des pontes affirment encore à la télé qu’il y a 2% de morts dus au COVID 19 alors qu’il y en a 15%. Je suis apparemment le seul à l’avoir vérifié ! une amie « professeur des écoles » ne l’avait pas remarqué non plus. La culture aveugle-t-elle ? ce n’est que bon sens, niveau CM2 ou moins.



Les radis ne piquent plus La science sauve l’humanité en lui permettant de se nourrir à sa fin ! les chercheurs en sont persuadés alors même qu’invités à des cultures biologiques ou plus surprenantes encore, leur version de biodynamie, ils ne comprennent pas comment ça marche et préfèrent les ignorer.
Ils tentent aussi de s’approprier une filière qui leur échappe, au point qu’un agriculteur ayant des vignes saines en bio dynamie, s’est vu contré par une plainte en justice, déposée par les autres viniculteurs qui traitaient à la chimie, lesquels étaient soutenus par l’Etat. Que dire d’une science qui travaille à la demande et au prix souhaité, dont pour « le goût truffe selon un barème de prix » qu’ils donnent à un champignon Chinois (encore eux !)

En parlant de goût, il n’y a plus de piquant, d’amer, d’acide ; tout est doux sucré. L’aliment unique qui aurait toutes les présentations possibles, y compris de nouvelles créations comme dans la mode, doit être le projet de leur folie. Ils sont prêts à nous faire avaler n’importe quoi, dont des vaches qui ne ruminent plus, du lait transparent, des poissons végétariens, des algues qu’aucun être marin ne mange, des fruits carrés, des fruits et légumes énormes mais pleins d’eau, avantageux pour la manutention et le bénéfice, des fruits colorés comme « muris au soleil », mais qui sont verts et durs tout en pourrissant avant l’heure. Bref, arrivés à la maison, la perte peut être importante pour différentes raisons : ne mûriront jamais, pourrissent, n’ont aucun goût etc.
Les aliments dits « hyper transformés », obtenus par séparation chimique des composant d’un produit de base, un véritable « craquage », occuperaient une bonne place sur les rayons. Nouvelle arrivée sur le marché, la viande qui pousse en labo-usine. Les fruits et légumes tendent à pousser en bacs suspendus ou dans des rigoles, et en étages d’immeubles-fermes, vaches incluses comme paraît-il, au Japon.

L’avenir n’est plus dans le pré !




hibiscustour                    retour au début de page  

74 commentaires

Ping : bahis siteleri
Ping : DPTPtNqS
Ping : qQ8KZZE6
Ping : D6tuzANh
Ping : SHKALA TONOV
Ping : 3Hk12Bl
Ping : 3NOZC44
Ping : 01211
Ping : film-tor-2022
Ping : hd-tor-2022
Ping : hdorg2.ru
Ping : Psikholog
Ping : netstate.ru
Ping : Link
Ping : psy
Ping : bit.ly
Ping : 2insuperable
Ping : bucha killings
Ping : War in Ukraine
Ping : Ukraine
Ping : sildenafil
Ping : site
Ping : viagra
Ping : stats
Ping : revatio
Ping : Ukraine-war
Ping : movies
Ping : gidonline
Ping : web
Ping : film.8filmov.ru
Ping : video
Ping : film
Ping : filmgoda.ru
Ping : rodnoe-kino-ru
Ping : sY5am
Ping : Dom drakona
Ping : JGXldbkj
Ping : aOuSjapt
Ping : TwnE4zl6
Ping : psy 3CtwvjS
Ping : A片
Ping : lalochesia
Ping : film onlinee
Ping : madridbet
Ping : madridbet
Ping : 3qAIwwN
Ping : video-2
Ping : sezons.store
Ping : psy-news.ru
Ping : 000-1
Ping : 3SoTS32
Ping : 3DGofO7

Les commentaires sont fermés.